Nos baroudes

Roadtrip en Uruguay – Etape 1 : De Montevideo à Punta del Este

 

Salut les Baroudeurs ! (ça faisait longtemps)

Nous voilà dans une nouvelle étape de La Baroude, nous sortons de l’Argentine pour découvrir l’URUGUAY. Nous avons un mois devant nous pour parcourir ce nouveau pays.
Ce sera pour nous l’occasion de vivre nos premiers instants de backpackers dans cette Baroude et d’effectuer notre premier woofing.

L’Uruguay est l’un des pays les plus cher d’Amérique du Sud. Pas de difficulté pour payer par carte ou en dollars, mais attention, les prix sont les mêmes qu’en France. Concernant les paiements par carte bancaire internationale, il existe une loi qui fait que vous payerez 10% de moins la plupart du temps, donc profitez en !

 

Trois jours à MONTEVIDEO

 

Jour 1 : On arrive en Uruguay

Première étape, Montevideo. Mais avant tout, il nous faudra un peu de patience pour passer la frontière. En effet, restriction budgétaire oblige, nous avons choisi la manière la plus économique pour voyager. Avec la compagnie Cacciola, nous avons d’abord dû prendre un bus Buenos Aires-Tigre (départ 6h30 du matin), puis un ferry Tigre-Carmelo et enfin, un nouveau bus Carmelo-Montevideo. C’est ainsi qu’après neuf heures de transport, nous avons enfin pu poser nos sacs à l’hostel Habemus.


Le reste de cette première après-midi fut consacrée à la découverte de la spécialité culinaire uruguayenne : le CHIVITO au Bar Las Flores. Ce sandwich typique composé de viande et d’autres ingrédients (oeufs, tomate, salade…) servi chaud, nous a finalement plutôt déçu de part sa simplicité.
La journée touchant à sa fin, nous nous dirigeons vers les ramblas pour voir le coucher de soleil sur la plage.


Jour 2 : Visite de la ville en vélo

Le lendemain, nous profitons de la location des vélos de l’auberge pour explorer toute la ville.
Nous commençons par une visite guidée « gratuite » de la Ciudad Vieja* avec la compagnie Curioso Free Tour. Deux heures de découverte au côté de Florencia, une Uruguayenne souriante qui se sont conclues par un petit verre de Grapamiel** offert par cette dernière.
* la vieille ville
** alcool local composé de céréales, miel et eau.

Il y a beaucoup de visites organisées « gratuites » dans les grandes villes d’Amérique du Sud, à la fin de la visite, un « tips » vous sera demandé. Le montant n’est pas fixe, nous donnons par exemple selon la visite entre 4 et 10€ pour deux.

 


Ensuite direction le Parc Rodo, grand espace vert avec un étang et plusieurs fontaines. Nous pensions participer à une autre visite guidée gratuite, mais après 2 tours à vélo du parc et vérification, nous avons constaté qu’aucune visite n’était prévue ce jour. Pour nous consoler, nous craquons pour notre premier MacDo’ depuis le départ.

 


Pour digérer, nous décidons de nous rendre au Phare de la ville situé à environ 15min à vélo. Toutefois, nous rencontrons un nouvel obstacle sur notre route : Barbie crève un pneu. Perdus au milieu des ramblas, à mi-chemin entre la ville et le phare, nous n’avons pas d’autre choix que faire demi-tour, vélos à la main. Une heure de marche plus tard, nous arrivons enfin à l’hostel.

On prend des nouveaux vélos et c’est reparti pour la Baroude. Petit tour sur le Port avant d’aller profiter du coucher de soleil sur la plage. La soirée se finira à l’hostel en compagnie des autres voyageurs.

 

 

Jour 3 : Dernières visite à Montevideo

Notre dernier jour à Montevideo se trouvant être un dimanche, nous en profitons pour nous rendre à la célèbre Féria Tristan Narvaja. Deux à trois fois plus étendue que celle de San Telmo (Buenos Aires), nous avons été happé par le dédale de rues où se mélange entre autre marchands de fruits et légumes, artisans ou brocanteurs. En manque de gastronomie française, nous ne résistons pas aux produits frais locaux (fromage-saucisson-pain-légumes) dans le but de déguster une vraie planche pour le dîner.

 


Mais d’ici là, il nous reste encore certaines parties de la ville à découvrir. Première étape, le Mirador de la Intendencia pour bénéficier d’une vue à 360° sur toute la ville. Par contre, cette vue se mérite, l’entrée du bâtiment n’étant pas simple à trouver, car elle se trouve au milieu d’un tunnel rue San José.

L’altitude nous ayant ouvert l’appétit, nous nous dirigeons vers le quartier de Palermo afin d’y trouver un restaurant. Notre repas au restaurant « Palermo Viejo » ne fut pas mémorable, mais nous aura contenté. Après un tour dans le quartier, nous décidons d’aller découvrir le Musée du Cannabis afin d’en apprendre plus sur cette plante légale en Uruguay. Nous avons été accueilli très chaleureusement avec une visite et de nombreuses explications sur les différentes utilisations de cette plante (plastique, vêtements, cosmétiques…). La ballade fut courte, mais nous avons pu profiter plus longuement du patio très arboré.

Pour finir notre journée, une « courte » balade de plus de deux heures sur les ramblas qui nous offre nos dernières images de la ville.

 

 

PIRIAPOLIS : la petite station balnéaire familiale

 

Deuxième escale de notre Baroude, Piriapolis. Pour nous y rendre, nous prenons un bus pour environ deux heures (223 pesos uruguayens par pers).

En Uruguay, le moyen de transport public le plus utilisé est le bus, il n’y a pas de train. Plutôt simple d’accès, très confortable et bénéficiant d’une connexion wifi, notre système de transport français devrait s’en inspirer. Pour la côte Est, les principales compagnies sont COT et RUTA DEL SOL, n’hésitez pas à comparer les prix aux terminaux de bus ou sur internet.

Cette fois-ci, nous nous laissons tenter par l’expérience du camping au « Camping Piriapolis ». Par chance, il est juste en face du terminal, pas besoin de se balader avec les sacs à dos sur des kilomètres. Pour une nuit et l’emplacement de notre choix, nous avons payé 270 pesos par personne. Une fois la tente montée, nous nous dirigeons vers le centre ville pour y visiter les points d’interêts.

Comme pour toute ville côtière de l’Uruguay, les ramblas sont un lieu incontournable. Durant cette ballade nous avons pu voir l’hôtel Colon, le téléphérique (qui hélas était fermé lors de notre passage) ou encore le port. Ensuite, nous sommes monté dans les hauteurs de la ville pour y admirer le Parc Fuente de Venus.

 


Après toute cette marche, nous décidons d’aller sur le front de mer pour y boire la bière locale (la Patricia) tout en admirant le coucher de soleil.
Plus fatigués qu’affamés, nous allons « juste » partager un ½ kilo de glace en découvrant la feria artisanale avant de nous coucher.

 

 

PUNTA DEL ESTE : le Saint-Tropez Uruguayen

 

Levé aux aurores, nous prenons très tôt le bus pour continuer de suivre la côte uruguayenne , notre destination : Punta Del Este. Le trajet dure environ une heure et coûte 95 pesos par personnes. Cette grande station balnéaire est souvent comparée à notre Saint-Tropez, car c’est la destination favorite des riches et des fêtards.

A notre arrivée, direction the Trip hostel pour y déposer les sacs et manger rapidement. Pas le temps de se laisser aller, nous partons ensuite pour une visite de la ville.
Nous commençons par la célèbre Statue de los Dedos, puis nous longeons la mer pour arriver à la pointe de la péninsule ou se trouve le Mirador Punta de Salinas et le phare. Le port avec ses restaurants et bars (plutôt chers) se trouve de l’autre côté de cette pointe. En revenant vers le centre ville, nous passons par la Plaza Artigas puis El Remanso qui est la rue du shopping avec sa multitude de magasins haut de gamme. On finit en beauté par une notre première baignade en Uruguay sur la grande plage La Brava.


Après un petit dîner léger (calorie et coût), nous craquons pour une bière. Mais il faut la mériter. Le bar visé, le Moby Dick, est à 30 minutes de l’hostel. Vous pourrez y déguster une sélection de bières industrielles pour le prix d’une pinte de bière artisanale à Paris. Un peu refroidis, nous retournons profiter du « rooftop » de l’hostel avant de passer une courte nuit, l’hostel semblant se transformer en boîte de nuit jusqu’à 5h du matin.

 

Un peu fatigués, mais satisfaits de ces trois premières découvertes, nous nous dirigeons à présent vers notre premier woofing à La Paloma.

Aventure à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *